VOYAGEURS

                                  CRéation en prose poétique et photographique

Voyageur

Jean-Marc

Solitude essentielle

« Nous ne voyons pas les choses telles qu’elles sont, nous les voyons telles que nous sommes. »
in Quelquepart dans son journal

Il a quitté la route… Une certaine route pavée de certitudes et de convenances.

De la banque suisse à la ferme équestre, en passant par les transhumances moutonnées.
Le choix du voyage.
Seul, ou d’animaux accompagné, à pied, à vélo puis en roulote colorée.

Il chemine à la rencontre d’environnements préservés des rencontres au « parait-il ».
Un voyage pour retrouver « la Nature, Vraie ».

Il chemine… depuis longtemps ; à trente à l’heure — tracté par un 4X4… depuis quatre ans,
depuis son engagement dans la décroissance en habitat mobile.
Un choix ayant pris la forme d’une roulotte colorée couleurs d’été et marquée d’un esprit vagabond.
Elle est bidonnée, pour recueillir l’eau de pluie ; solaire, équipée d’une flexibilité portative pour recueillir l’énergie,
garantes d’une prime autonomie.

Jean-Marc se dit ours, loup ou lynx solitaire.
Trois animaux totem dont l’image veille sur les murs du salon et de la salle-à-manger.
Entendez qu’Ici une pièce se matérialise par un mur.

Solitaire, mais pas seul…
Gaïan — un berger blanc aux yeux de ciel clair venu d’Australie l’accompagne.
Son autre compagnon, celui de table et de réflexions, est un calepin.

Se revoir au jour le jour dans son journal.

Jean-Marc m’a ouvert sa porte, comme il ouvrirait une page,
pour un partage du coeur, brut de convenances et sans doléances
lors d’une Rencontre en halte sur les terres rouges du Salagou,
participant d’une vision des gens du voyage un jour chantée:
Il a mis le vent sous sa peau… et caressé les oiseaux…