Oh Mon Amour

(La suivante)

Oh mon Amour, Je suis ne suis plus seule face à cette plage amenée à disparaître. Déjà elle s’amenuise. Le petit bar et ses parasols coco ont les pieds dans l’eau. De cette plage amenée à disparaître ne reste qu’un banc de sable, pris entre la mer qui jongle avec l’Afrique et les écoulements d’eau de source venus des montagnes… Oh mon Amour, l’eau qui se rapproche m’a fait signe ce matin. Les nombreux goélands virevoltant dans le vent m’ont fait signe ce matin. Ils parlaient à leur frère Jonathan qui est en moi, lui chantaient envole-toi… Oh mon amour, Je suis partie faire des courses et j’ai fait le plein. Je me suis fait un cadeau de ces achats pour la route du reviens. J’étais en joie. Le soleil écrasant de blancheur résonnait dans le silence des rues désertes. Oh mon Amour, c’est un retour qui n’en est pas un. J’ai eu la chance de partager ce paysage marin… Il est temps de revenir au sommet des pins, de retrouver les vibrations tellurique et ressentir où mettre mes briques qui seront peut-être de bois. Oh mon Amour, c’est un grand voyage aussi d’être avec toi. C’est un retour qui n’en est pas un… Ce cadeau m’offre… le temps… que j’ai choisi pour ami. […] Nous sommes tous deux solitaires. La création nécessite solitude. Qu’en est-il de la création du couple? Pouvoir soutenir l’autre… La confiance. Il me plaît que l’on touche au mot juste. […] J’ai envie d’expérimenter une relation saine qui se vit dans une communication simple, venue du cœur, sans crainte et sans peur. D’où vient la peur? Il me semble qu’elle accompagne le déplaisir, la peur de déplaire. Aujourd’hui, j’apprends à me plaire. Dans une solitude choisie, dans les rencontres qui le sont aussi. Dans les mots et les gestes partagés, reflets de notre complémentarité. La mienne est… poésie. Je t’offrirai des fleurs en parole. Je suis comme la fleur. Magali prend racine en Marguerite. Un pétale n’est pas l’unité, l’unicité. Le corolle n’est pas l’unité, l’unicité. La fleur est le tout: racines, tige, pistil, étamines, pétales, corolle… Il y a aussi le style et le stigmate… Et d’autres encore pour qui s’intéresse à son anatomie. Un seul pétale n’est pas la fleur… La fleur que je peux, que je veux t’offrir.